À L’AFFICHE !
Cie Les Matapestes - Janvier 2017

Cie Les Matapestes - Janvier 2017

Du 2 au 27 janvier 2017, avec les comédiens du Théâtre-école Kokolampoe
SPECTACLES À VENIR
La solitude d'un acteur de Peep-Show avant son entrée en scène

La solitude d'un acteur de Peep-Show avant son entrée en scène

St-Laurent du Maroni
Vendredi 27 janvier 2017 à 20h
Samedi 28 janvier 2017 à 20h
Pour les scolaires
Jeudi 26 janvier 2017, à 15 h
CRÉATIONS DE LA CIE KS AND CO
Catharsis

Catharsis

À Saint-Laurent
9, 10 fév. 2017
À Macouria
16, 18 mar. 2017
FESTIVAL LES TRÉTEAUX DU MARONI
LE FESTIVAL

LE FESTIVAL

LES TRÉTEAUX DU MARONI - 11e ÉDITION
DU 20 AU 23 AVRIL 2017

ÉditoSAISON 2016-2017

...« On nous dit, et voilà vérité, que c'est partout déréglé, déboussolé, décati, tout en folie, le sang le vent. Nous le voyons et le vivons.
Mais c'est le monde entier qui vous parle, par tant de voix bâillonnées.
Où que vous tourniez, c'est la désolation. Mais vous tournez pourtant. »(1)


Alors,
Cette saison, plus que jamais, nous avons envie de croire que :
« Quoiqu’on fasse on n’est pas toujours écrasé. »
Et que nous pouvons : « vivre ensemble artistiquement »


Nous avons choisi pour en témoigner d'ouvrir la saison avec un spectacle « à domicile », qui se jouera dans les salons de coiffure de Saint-Laurent.
Se coiffer en public, ou accepter son ridicule dans un espace où notre pilosité est domestiquée, mais où les masques se fissurent et sur le sol duquel se mélangent ces poils si chargés de force sexuelle de représentation sociale, d'identification ethnique politique religieuse, est un acte social qui recrée du lien.
Et quoi de plus égalitaire que le destin de ces touffes de toutes couleurs de toutes textures qui s'abandonnent au gré du « jardinage corporel » et se mélangent sur le sol…

Ainsi,
Les petits salons de coiffure de quartier, lieux des échanges de points de vue, de l'expression de la sagesse populaire, seront investis par la Cie Lalasonge, avec des formes courtes autour du cheveu, dans la « relation labile avec le monde ».


Et :
Parce que nous avons plus que jamais besoin du merveilleux, du fantastique pour nous ouvrir des espaces de poésie : nous vous offrons des voyages dans l’univers du conte.
Avec les spectacles, Saissanda et Les potins du fleuve. Ce sont deux jeunes et nouvelles Cies de Guyane, Lobi fii et les voleurs de soleil dont les comédiens, issus du TEK, revisitent le conte traditionnel de Guyane et d'ailleurs de manière pétillante.


Puis, avec :
Huis clos, La solitude d’un acteur de peep show, Cross, les artistes porteront notre attention sur, « la solitude dans le côtoiement » « les rapports empoisonnés », la perte de lien, l’enfermement…


Les dramaturges Africains seront, cette saison encore, mis à l’honneur avec la reprise des comédies grinçantes À Petites Pierres, en Nenge tongo, et Catharsis de Gustave Akakpo. Enfin avec l’accueil de Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi, nous renouerons avec le travail de Hassane Kouyaté.


Notre rendez-vous annuel, Le festival les Tréteaux du Maroni, cette saison accueillera les Tréteaux de France.
En avant-première de la programmation, nous sommes fiers d’annoncer la création du spectacle tremplin professionnel de la 2e promotion du TEK : La Nuit des Rois, mis en scène par Delphine Cottu.


Ne désespérons pas des lucioles.
Bonne rentrée à tous !


Ewlyne Guillaume et Serge Abatucci


(1) Édouard Glissant

 

 

  CONSULTEZ LE PROGRAMME 2016-2017

KOKOLAMPOEdu théâtre et des évènements toute l'année !

Concessions - Résidence de création - Décembre 2016

Concessions de Kossi cialisgeneriquefr24.com Efoui - Cie Un Excursus Théâtre et…

En savoir plus…

Tournée dans la Caraïbe - Décembre 2016

Après le festival d'Avignon et le MASA à Abidjan, direction…

En savoir plus…

Un théâtre équitable

Le projet Kokolampoe dans sa dimension multiculturelle et sa volonté de travailler avec les identités plurielles s’est installé dans un lieu hautement symbolique, le bagne de Saint-Laurent du Maroni. Ce camp de la Transportation était le quartier général du bagne de Guyane jusque dans les années 1950. Des milliers de bagnards condamnés aux travaux forcés, dans le cadre de la « colonisation pénale » ont transité par ce camp pour être dirigés ensuite vers d’autres sites (Cayenne, les Iles du Salut). Seuls demeuraient à Saint-Laurent du Maroni, les transportés, condamnés à perpétuité.

Kokolampoe inverse le sens de l’Histoire en installant ici, non pas un théâtre clos, réservé à une élite, mais un théâtre ouvert sur le monde, consacré d’abord à toutes les formes du théâtre, ensuite destiné à tous les publics...



Camp de la Transportation à Saint-Laurent du Maroni

Théâtre kokolampoe - Guyane

Le travail de Kokolampoe sur les auteurs, la parole et l’écriture trouve aussi un écho unique dans cette implantation géographique. En bordure du fleuve frontière (avec le Surinam) la population de Saint-Laurent du Maroni est en effet une population pluriethnique, constituée de communautés, créoles, noires et amérindiennes, de descendants de la colonie pénitentiaire, de communautés chinoise, hmong, javanaise, brésilienne, haïtienne mais aussi des réfugiés Surinamais.

Toutes ces communautés rassemblées sur ce même territoire forment un bassin culturel hors du commun sur le plan de la langue, de l’imaginaire et de la transmission.

Le Maroni - St-Laurent du Maroni - Guyane

Le Maroni - St-Laurent du Maroni - Guyane