À L’AFFICHE !
Pinocchio

Pinocchio

Répétitions publiques (sur invitation)
• Jeudi 10 et vendredi 11 déc. 2020 à 18 h
Représentations Tout Public
Vendredi 22 et samedi 23 jan. 2021 à 18 h
Vendredi 29 jan. 2021 à 18 h

Représentations scolaires
• Jeudi 21, lundi 25 à 15 h, mardi 26, mercredi 27 et jeudi 28 jan. 2021 à 10 h
En février…
Habbat Alep

Habbat Alep

• Le 19 février 2021 à 20 h

NOS CRÉATIONS

NOTRE BLOG
Regard sur l'année nouvelle

Regard sur l'année nouvelle

Interview
d'Ewlyne Guillaume

SAISON2020-2021

…du côté des acteurs.

Nous voudrions dédier cette saison aux comédiens, dont l’art nous oblige à être attentifs aux autres, et à ennoblir les mœurs...

Leur espace se situe de « l’autre côté du miroir », et de leur « poste d’observation de la société », ils tracent un idéal loin de la paresse et de la désinvolture, du confinement et des sourires absents.

Ils sont, avec vous, chers amis du théâtre, des « inventeurs d’âme  »

« C’est quoi une vie d’homme ?
C’est le combat de l’ombre et de la lumière. C’est une lutte entre l’espoir et le désespoir, entre la lucidité et la ferveur. » 

En ces temps bouleversés en ces temps d’incertitude Soyons « du côté de l’espérance, mais d’une espérance conquise, lucide, hors de toute naïveté.»

Faire qu’il y ait du théâtre n’est pas une question d’économie, c’est une question de vie et de mort !

Aussi toute l’équipe de Kokolampoe s’est mobilisée afin de pouvoir accueillir avec toutes les précautions nécessaires, tout au long d’une saison que nous avons voulue riche et variée nos compagnons, ces magiciens porteurs de lumière. 

Aimé Césaire

TÉLÉCHARGER PROGRAMME SAISON 2020-2021
cliquer sur l'image

Un théâtre équitable

Le projet Kokolampoe dans sa dimension multiculturelle et sa volonté de travailler avec les identités plurielles s’est installé dans un lieu hautement symbolique, le bagne de Saint-Laurent du Maroni. Ce camp de la Transportation était le quartier général du bagne de Guyane jusque dans les années 1950. Des milliers de bagnards condamnés aux travaux forcés, dans le cadre de la « colonisation pénale » ont transité par ce camp pour être dirigés ensuite vers d’autres sites (Cayenne, les Iles du Salut). Seuls demeuraient à Saint-Laurent du Maroni, les transportés, condamnés à perpétuité.

Kokolampoe inverse le sens de l’Histoire en installant ici, non pas un théâtre clos, réservé à une élite, mais un théâtre ouvert sur le monde, consacré d’abord à toutes les formes du théâtre, ensuite destiné à tous les publics...



Camp de la Transportation à Saint-Laurent du Maroni

Théâtre kokolampoe - Guyane

Le travail de Kokolampoe sur les auteurs, la parole et l’écriture trouve aussi un écho unique dans cette implantation géographique. En bordure du fleuve frontière (avec le Surinam) la population de Saint-Laurent du Maroni est en effet une population pluriethnique, constituée de communautés, créoles, noires et amérindiennes, de descendants de la colonie pénitentiaire, de communautés chinoise, hmong, javanaise, brésilienne, haïtienne mais aussi des réfugiés Surinamais.

Toutes ces communautés rassemblées sur ce même territoire forment un bassin culturel hors du commun sur le plan de la langue, de l’imaginaire et de la transmission.

Le Maroni - St-Laurent du Maroni - Guyane

Le Maroni - St-Laurent du Maroni - Guyane

adipiscing tempus luctus eleifend Curabitur Donec massa Phasellus ut nec sit Praesent