Fœtus

Un texte d’Augustin Debeaux.

Résidence d’écriture Cie Les voleurs de soleil.
Co-écriture et lecture, mise en espace : Ewlyne Guillaume

Un jeune homme visite son enfance, une enfance volé auprès d’un père dont « le silence effrayant, un silence qui émane de (sa) bouche entrouverte comme celle d’un prédateur face à sa proie s’oppose à la volubilité indécente d’une mère atteinte de « bovarysme ». Malgré la peur de ce qu’il porte en lui, il tente de pardonner, de recoller les morceaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *